Chefchaouen

La ville est située à 60 km de Tétouan et à une centaine de kilomètres de Tanger, où se trouve l’aéroport le plus proche.

Niché au flanc de l’Atlas, Chefchaouen ou Chaouen, à 600 m d’altitude, ce petit village, aux maisons peintes, pour la plupart en blanc et bleu, est atypique. Il offre un panorama exceptionnel sur la vallée du Oued Laou.

Chefchaouen est aussi surnommée la ville sainte en raison de ses nombreuses mosquées et sa médina reste l’une des plus belles de la région du Rif.

Fondée au 15ème siècle, Chefchaouen était un des bastions du sultan dans sa résistance aux Portugais. Pour se protéger des attaques répétées de ses voisins occidentaux, elle a longtemps été interdite aux chrétiens, mais pas aux juifs. 

Excursions Autour de Chefchaouen

Les deux marchés du lundi et jeudi, situés sur l’avenue Chari Al Khattabi, derrière la Poste sont très animés. Les boutiques offrent un large choix de Fouta (les fameuses pièces de tissu) avec de belles couleurs que por tent autour d’elles, les femmes de la région. Le Bd Mohammed V abrite un beau jardin fleuri entouré de bancs en fer forgé.

La médina a un charme pittoresque, avec ses dédales de rues, ses nombreuses places et ses belles maisons aux por tes bleues et aux patios fleuris.

La kasbah est un véritable havre de nature et de fraîcheur en plein cœur de la ville. Il faut monter en haut de la Tour pour admirer la médina. L’édifice abrite un petit musée andalou et son jardin coloré. La médina est le point de départ le plus commode pour faire des randonnées dans les montagnes.

À quelques minutes de marche sur les hauteurs de Chefchaouen, rendez-vous à la source du Loup, un petit coin exceptionnel.

Chefchaouen organise le festival Alegria, un événement qui célèbre l’ouverture et la diversité avec différentes musiques régionales, dans l’ensemble de la ville. Plusieurs autres festivals et moussems se déroulent à Chefchaouen, notamment Sidi Allal el Hadj en août.

La province dispose, dans le domaine du tourisme, de potentialités impor tantes, diversifiées constituées de monuments historiques et de vastes forêts avec une faune et une flore très variées. Les principaux sites touristiques de la province sont :

  • La ville de Chefchaouen.
  • La source de Ras El Maa à 3km de la ville de Chefchaouen.
  • L’ancienne médina avec la kasbah.
  • Les cascades et la mosquée de Cherafat.
  • La forêt de Talassemtane.
  • La grotte de Toughoubite.
  • Le pont de Dieu à Akchour.

Akchour

Est un petit village, à 30 km de Chefchaouen sur la route de Oued Laou.

Située au nord du Maroc au fond de la vallée de Talembote, Akchour est une vallée naturelle attirant de plus en plus de touristes depuis l’ouver ture du parc naturel de Talassemtane.

Le Pont de Dieu est une curiosité naturelle réputée.

Vous pouvez profiter de toute la journée pour découvrir ce merveilleux site naturel : promenade, baignade, tagine au bord de la rivière, avant d ́arriver au Pont de Dieu. C’est un coin de rêve et un site merveilleux, d’une beauté naturelle encore vierge. Pour tous les amateurs de randonnée, découvrez le magnifique site des gorges de Akchour.

Le parc national de Talassemtane

Il s’étend sur la dorsale calcaire dans le Rif centro-occidental, au Maroc septentrional, sur une superficie de 58 950 ha. C’est le territoire le plus original de tout le Maroc, se singularisant par la beauté exceptionnelle de ses paysages et par sa biodiversité remarquable : sommets des montagnes en dômes ou en pics surplombant la ville de Chefchaouen ; cornes des montagnes ; falaises majestueuses et gorges profondes et étroites.
Les précipitations annuelles varient entre 500 mm dans les vallées orientales et plus de 2000 mm sur les sommets des montagnes. L’enneigement est peu important.

Le site du parc naturel a été ajouté à la liste indicative du patrimoine naturel mondial de l’UNESCO, le 12 octobre 1998, dans la catégorie naturelle.

Histoire

Chefchaouen a été fondée en 1471 puis achevée en 1480 par le chérif Ali ibn Rachid al Alami, de retour d’un séjour guerrier dans le royaume de Grenade.

La ville accueille par la suite une population composée principalement d’Andalous puis de Morisques et demeure interdite aux Chrétiens sous peine de mort. Seul l’explorateur Charles de Foucauld brave l’interdit en 1883.

Du 15ème au 17ème siècle, la ville a prospéré de manière considérable. Aujourd’hui encore, le quartier andalou est l’un des plus peuplé de la médina.

La Kasbah a été construite par Moulay Ali Ben Rachid et ensuite restaurée par Moulay Ismail à la fin du 17ème siècle pour défendre la ville d’abord des Portugais, ensuite des tribus rebelles berbères puis finalement des Espagnols.

Entre 1471 et 1561, la ville est gouvernée par la dynastie des Banou Rachid. En 1920, les Espagnols s’emparent de Chefchaouen, laquelle sera ensuite bombardée par l’escadrille Lafayette puis les troupes de Franco.

Entre 1924 et 1926, durant la guerre du Rif, Abd-el Krim Khattabi réussit à expulser les Espagnols, mais ceux-ci ne tardent pas à occuper à nouveau Chefchaouen en septembre 1926, cette fois-ci pour y rester jusqu’à l’indépendance marocaine en 1956.

Patrimoine de l’UNESCO

 

Le 20 novembre 2010, avec trois autres communautés méditerranéennes (Soria en Espagne, Coron en Grèce et Cilento en Italie), la ville de Chefchaouen a été inscrite sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Cette inscription a été rendue possible grâce à sa pratique alimentaire emblématique du régime méditerranéen : «…celle- ci se caractérise par un modèle nutritionnel demeuré constant dans le temps et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, des produits laitiers et viande et de nombreux condiments et épices ».